Vivre sans « Gluten »

Plus qu’un phénomène de mode, le « sans gluten » est devenu un mode de vie, une hygiène de vie pour pallier à certains problèmes de santé comme des allergies, des intolérances, des inflammations chroniques et bien d’autres…

Les gens sont devenus de plus en plus intolérants au gluten qu’il y a quelques années auparavant. Quelles sont ces personnes intolérantes au gluten ?

En fait, qu’est-ce que le gluten et que fait-il ?

Le gluten est une protéine présente dans le blé, le seigle, l’orge et le triticale. Lorsque vous mangez un morceau de pain de blé, le gluten se brise et libère de la gliadine. La gliadine déclenche ensuite la séparation des cellules de votre intestin et la molécule de gliadine glisse à travers – généralement, cette protéine serait trop grosse pour franchir la paroi intestinale. Une fois passée la paroi de l’intestin, la gliadine interagit avec les cellules de votre système immunitaire et provoque une inflammation. Et tout comme la gliadine a pu glisser à travers la paroi intestinale, d’autres protéines alimentaires peuvent le faire. Il en résulte une présentation anormale d’aliments au système immunitaire, ce qui peut entraîner davantage d’allergies alimentaires. En bref, le gluten provoque une fuite dans votre intestin, dont la résultante est une inflammation.

Que signifie être «sensible» ou «intolérant» au gluten?

Tout d’abord, il est important de comprendre la différence entre la maladie cœliaque et la sensibilité ou l’intolérance au gluten. La maladie cœliaque est une maladie auto-immune qui affecte jusqu’à 1% de la population générale. La réaction qui se produit dans le cas de la maladie cœliaque est assez sévère: le corps produit des anticorps contre lui-même en présence de gluten, ce qui peut entraîner des symptômes gastro-intestinaux, une malabsorption, un risque accru de malignité et une mortalité globale plus élevée que la population générale.

Contrairement à la maladie cœliaque, la sensibilité et l’intolérance au gluten ne sont pas des réactions auto-immunes. Ainsi, même si une personne sensible ou intolérante au gluten peut ressentir une gêne lorsqu’elle est exposée à la protéine, la réaction n’est pas aussi néfaste.

Heureusement, il existe des tests de diagnostic fiables pour la maladie cœliaque, et c’est assez rare dans la population générale. La sensibilité et l’intolérance au gluten, en revanche, sont assez courantes.

Qu’est-ce qu’une «sensibilité» ou «allergie» au gluten par rapport à une «intolérance» ?

Beaucoup de gens utilisent l’expression «allergie alimentaire», mais cela peut souvent être un terme impropre. Une véritable allergie alimentaire (également appelée sensibilité alimentaire) fait référence à une réponse du système immunitaire atypique à un déclencheur alimentaire. Un exemple d’une véritable allergie / sensibilité est lorsque quelqu’un mange une cacahuète et entre en état de choc anaphylactique.

Un autre type de réaction alimentaire est une intolérance alimentaire. Cette réaction n’est pas déclenchée par le système immunitaire et résulte souvent de l’absence de produits chimiques ou d’enzymes spécifiques nécessaires à la digestion d’une substance alimentaire.

La différence entre les allergies / sensibilités et les intolérances réside dans les mécanismes biochimiques qui les animent.

Téléchargez les mélanges de farines de substituion pour toutes vos recettes à utiliser pour différentes occasions.

Quels sont les signes et symptômes de sensibilité / intolérance au gluten?

Les réactions au gluten sont assez variables. Certains symptômes typiques incluent des problèmes digestifs comme le syndrome du côlon irritable (SCI), des ballonnements, des flatulences, de la constipation ou de la diarrhée et un reflux acide.

Souvent, ces symptômes sont accompagnés d’autres plaintes, telles que des douleurs articulaires, des problèmes de peau, de l’asthme, des problèmes d’humeur et / ou de fatigue. Lorsque tel est le cas et que tout soupçon d’une pathologie grave comme la maladie de Crohn ou la colite ulcéreuse a été écartée, il est judicieux d’envisager un régime d’élimination des aliments. De nombreux aliments peuvent déclencher des réactions, mais le gluten et les produits laitiers sont parmi les plus courants.

Un régime d’élimination peut-il aider?

L’un des meilleurs test pour une réaction alimentaire est un régime d’élimination, qui consiste à éliminer complètement la cause présumée de la réaction. Je recommande généralement d’éviter un aliment potentiellement déclencheur pendant un mois complet, d’évaluer les ressentis, puis d’essayer de le réintroduire pour voir s’ils provoquent des symptômes.

Mis à part l’exclusion du gluten, le régime d’élimination peut être modifié pour tester un aliment spécifique en question. Dans le cas du gluten, je conseille de lire attentivement les étiquettes et de se familiariser avec les sources cachées de protéines avant de plonger dans un mois sans gluten.

Le gluten est caché partout ! Voici une liste des aliments contenant du gluten à télécharger. Y compris les aliments auxquels vous ne vous attendez pas !

Cela dit, je vois souvent que les gens réagissent bien à un régime sans blé qui n’est pas 100% sans gluten. Parce que les réactions et les intolérances alimentaires sont si variables, il est utile de travailler avec un naturopathe expérimenté ou un nutritionniste pour obtenir des conseils sur l’élimination des aliments.

Et les FODMAP ?

Selon une étude, d’autres sources que le gluten pourraient être la raison pour laquelle de nombreuses personnes souffrent de problèmes gastro-intestinauxles, ce sont les FODMAP, qui sont des glucides et des alcools à chaîne courte mal absorbés.

Pour ma part, je trouve que différents régimes alimentaires sont thérapeutiques pour différentes personnes. Un régime pauvre en FODMAP est souvent recommandé pour réduire les gaz et les ballonnements. Le régime alimentaire est pauvre en aliments acides, et si quelqu’un éprouve beaucoup de gaz et de ballonnements, il serait bénéfique de rester loin des aliments qui ont tendance à fermenter dans l’intestin.

Je trouve également que le régime pauvre en FODMAP peut être très difficile à maintenir. C’est très restrictif et peut avoir un impact considérable sur la qualité de vie. Cela dit, j’encourage toute personne intéressée par les régimes thérapeutiques à travailler avec un professionnel de la santé pour sélectionner le régime le plus approprié pour eux – un régime qui favorise le bien-être tout en profitant de la vie!

N’hésitez pas à me suivre sur mes comptes Instagram, Facebook et Twitter pour rester informé des nouveautés.

2 commentaires

    • Avec plaisir, et j’espère que çà vous aura été utile, vous pouvez aussi télécharger le mini guide des différents mélanges de farine de substitution à intégrer dans vos recettes. Très bonne Journée !

Laisser un commentaire